Le syndrome de l’intestin irritable (SII)

Pour rappel, le syndrome de l’intestin irritable est fréquent dans l’ensemble de la population. C’est l’affection la plus fréquemment diagnostiquée par les gastro-entérologues. C’est également un motif fréquent de consultation chez le médecin généraliste.

Les problèmes digestifs sont de plus en plus considérés comme responsables de nombreux maux et de nombreuses pathologies dans notre société.

C’est pour cette raison que je m’intéresse systématiquement à l’état de la digestion et à l’alimentation de mes consultants.

Les conseils en naturopathie en cas de troubles digestifs de type SII

Avant tout, il convient de préciser que découvrir les causes sous-jacentes du SII (évoquées dans l’article précédent) fera l’objet d’une attention toute particulière dans le suivi du consultant. Il est donc essentiel que ce dernier soit suivi par un médecin afin de réaliser tous les examens nécessaires.

L’accompagnement en naturopathie sera donc complémentaire à un suivi médical, et sera différent d’une personne à l’autre, également en fonction du profil de la personne, de ses antécédents médicaux et des éventuels traitements suivis.

La mastication

Je le rappelle à chacun(e) de mes consultant(e)s : la première de choses à (ré)apprendre est la mastication ! En effet, on observe une amélioration significative de la digestion lorsque l’on mâche bien, que l’on insalive les aliments suffisamment pour que les enzymes présentes en bouche (amylases, lipases) fassent le travail que l’estomac ne pourra pas faire, mettant à mal la digestion tout entière !

Les aliments à privilégier

  • Une alimentation variées et équilibrées est la base de l’équilibre de l’organisme, et donc du maintien de l’intégrité intestinale. On veillera donc a apporter tous les macronutriments (protéines, lipides, glucides, fibres) et micronutriments (vitamines, minéraux, molécules naturelles comme les polyphénols, etc.) essentiels au quotidien, en quantité suffisante et de bonne qualité.

  • Les huiles végétales riches en Oméga 3 de première pression à froid à raison d’une c à s/j : chanvre, cameline, lin, noix. À ne pas chauffer et à conserver au frigo.

  • Les poissons riches en Oméga 3 EPA/DHA comme les sardines et maquereaux 1 à 2 fois/sem.

  • Les jus de légumes frais où lactofermentés (marque Voequel) si bonne tolérance et à adapter à chacun. Les jus de carottes seront à privilégier pour leur teneur en caroténoïdes.

  • La cuisson vapeur afin de conserver un maximum de vitamines et de minéraux.

  • L’eau en quantité : 1 L 5 environ/j, mais plutôt à distance des repas en cas de lenteur

    digestive.

  • Le type de céréales (complètes, semi-complètes ou blanches) sera à adapter au profil de chacun, mais il faudra généralement passer par une période avec des céréales raffinées pour protéger l’intestin fragilisé.

Les aliments à éviter

  • Le gluten : il est très souvent responsable de problèmes digestifs. Son éviction permet une amélioration significative des symptômes.

  • La consommation de fruits et de légumes ou d’aliments riches en FODMAPS sera à moduler en fonction du profil de chacun.

  • Les produits laitiers, principalement ceux de vache, seront à éviter pendant plusieurs semaines pour favoriser la régénération intestinale.

  • Les aliments ultra-transformés : ce sont des aliments vides de nutriments, à l’origine de nombreuses pathologies, notamment du fait de leurs nombreux additifs alimentaires et des procédés de fabrication issus du cracking (ultra-fractionnement).

  • L’alcool, ainsi que les produits sucrés comme les biscuits, bombons, boissons sucrées seront à supprimer afin de limiter l’inflammation dont-ils sont à l’origine (en plus des déséquilibres de la glycémie qu’ils provoquent, etc.)

Les conseils naturels à adapter à chacun

  • La l-glutamine

  • L’argile

  • Le psyllium

  • La chlorophylle

  • Les probiotiques

  • La gémmothérapie de cassis, de figuier, ou de noyer

  • Pratiquer le jeûne intermittent (à adapter à chacun)

  • La cohérence cardiaque

  • Un nettoyage intestinal (différentes méthodes existent) : en cas de parasites, pullulation du candida albicans ou prolifération bactérienne de l’intestin grêle (SIBO).

  • L’utilisation d’huiles essentielles à utiliser en local en cas de douleurs ou en olfaction pour apaiser le système nerveux.

  • Travailler sur le problème de constipation et/ou de diarrhée à l’aide de l’alimentation, de plantes comme le psyllium ou les graines de lin, etc.

  • Le Desmodium, le Chardon marie ou encore le Radis noir pour soutenir le foie qui est souvent en surcharge du fait de l’hyper perméabilité intestinale induite par le SII et la dysbiose intestinale.

  • En cas d’allergies associées, réduire les aliments riches en histamine et procéder à un accompagnement spécifique des allergies.

IMPORTANT

Les conseils indiqués dans cette publication présentes des contre-indications : il est donc essentiel de vous informer auprès d’un professionnel qualifié avant de vous lancer dans des changements alimentaires ou dans la prise de compléments alimentaires, de plantes ou d’huiles essentielles.

Sources :

 
Coordonnées

Angélique Caubrière

NATUROPATHE À VANNES

Cabinet de soinsQuartier Tohannic
2 rue du Père Alphonse Pillon
56000 Vannes

06 44 04 24 49